L’éducation en Ontario

En Ontario, tous les enfants et les jeunes âgés de 6 à 18 ans doivent suivre un programme d’éducation officiel. La Loi sur l’éducation et ses règlements prévoient le cadre de prestation des programmes d’éducation en Ontario. La Loi précise les responsabilités des partenaires clés, et notamment du gouvernement provincial, des conseils scolaires et du personnel enseignant en salle de classe.

Gouvernement provincial

Le ministère de l’Éducation assure la direction et établit les orientations des politiques relatives à l’éducation :

  • en établissant des normes provinciales de rendement pour les élèves;
  • en promouvant un milieu sûr, équitable, inclusif et respectueux, propice à l’apprentissage;
  • en élaborant et en tenant à jour un curriculum rigoureux et exigeant à l’échelle de la province;
  • en préconisant la responsabilité au sein du système d’éducation financé par les fonds publics;
  • en préconisant et en favorisant l’excellence en enseignement;
  • en fournissant aux conseils scolaires des ressources, dont un financement et de l’aide pour la mise en œuvre des programmes.

Conseils scolaires

Il y a quatre types de conseils scolaires :

  • conseils scolaires publics de langue française;
  • conseils scolaires publics de langue anglaise;
  • conseils scolaires catholiques de langue française;
  • conseils scolaires catholiques de langue anglaise.

Les membres élus de chaque conseil scolaire ont la responsabilité de promouvoir le rendement des élèves et leur bien-être, de veiller à la gestion efficace des ressources du conseil et d’offrir des programmes d’enseignement efficaces et appropriés aux élèves. Les responsabilités des conseils scolaires incluent un rôle de gouvernance essentiel en ce qui concerne :

  • le fonctionnement des écoles conformément aux lois provinciales;
  • l’établissement d’un énoncé de vision tenant compte de la philosophie du conseil ainsi que des priorités et des besoins locaux;
  • l’établissement du budget du conseil, compte tenu des subventions provinciales et des règlements pertinents;
  • la mise en œuvre du curriculum conformément aux politiques du Ministère;
  • la conception et la prestation d’autres programmes reflétant les politiques provinciales et les priorités locales;
  • les mesures requises pour embaucher le personnel enseignant et les autres membres du personnel des écoles;
  • l’entretien des bâtiments et des biens scolaires en vue d’assurer la sécurité des élèves et d’être en conformité avec la législation provinciale;
  • la surveillance des politiques des écoles et du rendement des élèves et, par l’entremise de la directrice ou du directeur de l’éducation, la responsabilisation de tout le système pour qu’il réponde aux normes de la province et du conseil.

Conseillères et conseillers scolaires

Tous les conseils scolaires de district et la plupart des administrations scolaires sont gouvernés par des conseillères et des conseillers scolaires élus à l’échelle locale, à l’exception des six administrations scolaires situées dans des hôpitaux, dont les conseillères et les conseillers sont nommés et non élus. Les conseillères et les conseillers scolaires jouent un rôle clé en matière de leadership, car ils s’assurent que les écoles fonctionnent dans le respect des normes établies par la province et que les programmes et les services offerts répondent toujours aux besoins des communautés desservies.

Directrices et directeurs de l’éducation

La directrice ou le directeur de l’éducation est l’agent d’éducation en chef et le chef de service administratif du conseil qui l’emploie. Il est le seul employé qui relève directement du conseil et il fait office de secrétaire du conseil. Par son entremise, chaque conseil scolaire tient toutes ses écoles pour responsables des résultats obtenus par rapport aux attentes établies à l’échelle de la province et du conseil. La directrice ou le directeur de l’éducation assume les responsabilités suivantes :

  • conseiller les membres du conseil sur les questions opérationnelles;
  • mettre en œuvre les politiques du conseil;
  • gérer tous les aspects du fonctionnement du conseil;
  • veiller à ce que le plan pluriannuel du conseil établisse les priorités de celui-ci et précise les ressources qui lui permettront de réaliser ces priorités;
  • mettre en œuvre le plan pluriannuel du conseil, surveiller sa mise en œuvre, faire rapport périodiquement au conseil à ce sujet et revoir annuellement le plan pluriannuel avec le conseil;
  • porter à l’attention du conseil tout acte ou toute omission de la part du conseil qui pourrait entraîner ou a entraîné une contravention à la Loi sur l’éducation ou aux politiques, lignes directrices ou règlements pris en application de cette loi; si le conseil n’y remédie pas de manière satisfaisante, aviser le sous-ministre de l’Éducation de l’acte ou de l’omission en question.

Tout le personnel d’un conseil scolaire relève, directement ou indirectement, de la directrice ou du directeur de l’éducation. Ce dernier relève du conseil, en général par l’entremise de la présidente, du président ou de la personne désignée par celui-ci.

Agentes et agents de supervision

Les agentes et les agents de supervision dirigent et supervisent les écoles et les programmes en collaborant avec les directrices et les directeurs d’école et avec le personnel afin de veiller à ce que le fonctionnement des écoles soit conforme aux politiques du Ministère et du conseil scolaire, et à ce que des évaluations de rendement soient faites. Les surintendantes et les surintendants doivent veiller à l’entretien des établissements scolaires selon les politiques du Ministère et du conseil. Ils doivent aussi signaler au médecin hygiéniste toute condition insalubre d’un bâtiment ou d’un bien scolaire. Ils relèvent de la directrice ou du directeur de l’éducation, et ils tiennent les écoles pour responsables du rendement des élèves.

Écoles

En général, les écoles élémentaires offrent des programmes aux élèves de la maternelle à la 8e année, et les écoles secondaires aux élèves de la 9e à la 12e année.

Les écoles parviennent à assurer l’excellence de l’éducation :

  • en favorisant l’adoption de normes élevées sur le plan des résultats individuels;
  • en promouvant les compétences du 21e siècle, soit la collaboration, la communication, la pensée critique, la créativité et l’utilisation efficace des technologies d’apprentissage;
  • en fournissant aux élèves les connaissances et les compétences de base requises pour qu’ils participent de façon active et bienveillante à la vie de leur famille, de leur communauté, de la province, du pays et de la société mondiale;
  • en cultivant la soif d’apprendre chez les élèves;
  • en reconnaissant la valeur de la diversité parmi les apprenantes et les apprenants et dans les communautés;
  • en créant un climat scolaire accueillant, positif et exempt de discrimination et de harcèlement;
  • en recherchant et en accueillant positivement la participation des parents aux activités scolaires;
  • en explorant des approches créatives en éducation.

Tous les conseils doivent offrir ou acheter des programmes d’éducation de l’enfance en difficulté à l’intention des élèves ayant des besoins particuliers dans leur territoire. Bien que la fréquentation de la maternelle et du jardin d’enfants ne soit pas obligatoire, tous les conseils scolaires sont tenus, à compter de septembre 2014, d’offrir un programme à temps plein de maternelle et de jardin d’enfants.

Directrices et directeurs d’école

Les directrices et les directeurs d’école sont les leaders de l’éducation dans leurs communautés scolaires; ils veillent à ce que des programmes en place soient efficaces et conformes aux politiques du conseil et du Ministère. Ils sont responsables de la supervision du personnel enseignant et des programmes dans leur école ainsi que de l’évaluation et de la communication des résultats des élèves. Ils collaborent avec leur personnel, les parents et la communauté pour concevoir et mettre en œuvre des plans d’amélioration qui tiennent compte des priorités de l’école et du conseil et qui prévoient des stratégies d’amélioration du rendement des élèves. Les directrices et les directeurs d’école, en consultation avec leur conseil d’école et conformément à la politique du conseil scolaire, ont à définir la vision et l’orientation de leur école.

Enseignantes et enseignants

Les enseignantes et les enseignants travaillent aux premières lignes du système d’éducation. Leurs nombreuses activités dépassent le simple enseignement. Ils encouragent les élèves à apprendre, maintiennent la discipline en classe et évaluent l’apprentissage et le rendement des élèves. Beaucoup d’enseignantes et d’enseignants choisissent de participer à la surveillance d’activités périscolaires visant à enrichir l’expérience scolaire des élèves et à appuyer des objectifs d’ordre éducatif. Il s’agit notamment d’activités sportives, artistiques et culturelles.

Financement de l’éducation

L’éducation vient au deuxième rang parmi les éléments du budget de l’Ontario, après les soins de santé. En 2014, le financement de l’éducation en Ontario s’élève au total à 22,5 milliards de dollars. La planification financière est un élément crucial qui fait partie intégrante des fonctions générales de planification qu’assument les conseils scolaires au chapitre des programmes, des immobilisations, des installations et de la stratégie à long terme, afin d’assurer une gestion efficace des ressources du conseil. Le ministère de l’Éducation détermine le financement des conseils scolaires, qui sont tenus d’établir des budgets équilibrés avec les fonds que leur verse le Ministère.

Les revenus que reçoit chaque conseil sont fondés sur une formule de financement appelée Subventions pour les besoins des élèves (SBE). Cette formule est conçue pour répartir les fonds de manière équitable entre tous les conseils scolaires d’un bout à l’autre de la province, et elle vise les objectifs suivants :

  • fournir un financement juste et équitable pour tous les élèves, indépendamment de l’endroit où ils habitent en Ontario;
  • fournir des fonds pour l’entretien des écoles et la construction de nouvelles écoles là où l’on en a besoin;
  • protéger le financement destiné aux élèves ayant des besoins particuliers;
  • accroître la responsabilité des conseils scolaires en exigeant qu’ils présentent régulièrement des rapports sur la façon dont ils ont dépensé les sommes allouées;
  • traduire les normes et la vision du gouvernement provincial en matière d’éducation sous forme de ressources financières destinées aux conseils scolaires.

Les impôts fonciers continuent à financer le système d’éducation. Sous le régime actuel, le gouvernement provincial fixe un taux d’imposition uniforme, fondé sur un système d’évaluation à la valeur actuelle, pour la partie des impôts fonciers frappant toutes les propriétés résidentielles de la province qui est relative à l’éducation. La province établit aussi un taux, variable selon la municipalité, pour la partie des impôts fonciers payables par les entreprises qui est relative à l’éducation. Les municipalités perçoivent, au nom de la province, la partie des impôts fonciers qui est relative à l’éducation et destinée aux conseils scolaires de leur territoire. Le ministère de l’Éducation détermine l’allocation globale de chaque conseil scolaire au moyen de la formule de financement. Les recettes fiscales provenant des impôts fonciers constituent une partie de l’allocation, et la province fournit des fonds additionnels jusqu’à concurrence du montant établi selon la formule de financement.

Curriculum et programmes-cadres

Toutes les écoles de la province qui sont financées par les fonds publics sont tenues d’enseigner le curriculum de l’Ontario. Les programmes-cadres du ministère de l’Éducation décrivent les attentes et les contenus d’apprentissage définis pour les élèves de la maternelle à la 12e année dans chaque matière. Ces programmes-cadres, qui sont régulièrement révisés et mis à jour, peuvent être consultés sur le site Web du ministère de l’Éducation à l’adresse suivante : edu.gov.on.ca/fre/teachers/curriculum.html.

Études élémentaires

Le curriculum de l’élémentaire de l’Ontario définit les connaissances et les compétences que les élèves doivent acquérir de la 1re à la 8e année ainsi que le niveau de rendement qu’ils sont censés atteindre. Les programmes-cadres du ministère de l’Éducation définissent les attentes en matière d’apprentissage et les contenus d’apprentissage pour les élèves de la 1re à la 8e année des écoles de langue française pour les matières suivantes :

  • Actualisation linguistique en français;
  • Anglais (langue seconde);
  • Anglais pour débutants;
  • Éducation artistique;
  • Éducation physique et santé;
  • Études sociales – Histoire et géographie;
  • Français;
  • Langues autochtones;
  • Mathématiques;
  • Programme d’appui aux nouveaux arrivants;
  • Sciences et technologie.

Un programme-cadre distinct énonce, pour toutes les matières, les attentes à l’endroit des élèves inscrits au programme à temps plein de maternelle et de jardin d’enfants.

De plus, les systèmes scolaires catholiques se sont dotés de leurs propres programmes-cadres d’éducation religieuse.

Études secondaires

Les élèves doivent satisfaire aux exigences d’obtention du diplôme énoncées dans Les écoles de l’Ontario de la maternelle à la 12e année – Politiques et programmes (2011). Pour obtenir le diplôme d’études secondaires de l’Ontario (DESO), les élèves doivent remplir les trois exigences suivantes :

  • obtenir 30 crédits (18 obligatoires et 12 optionnels) de 110 heures chacun;
  • réussir le Test provincial de compétences linguistiques (ou le Cours de compétences linguistiques des écoles secondaires de l’Ontario);
  • effectuer 40 heures de service communautaire.

Les 18 crédits obligatoires sont les suivants :

  • 4 crédits en français (1 crédit par année);
  • 3 crédits en mathématiques (au moins 1 crédit en 11e ou en 12e année);
  • 2 crédits en sciences;
  • 1 crédit en éducation artistique;
  • 1 crédit en géographie du Canada;
  • 1 crédit en histoire du Canada;
  • 1 crédit en English (ou en anglais pour débutants);
  • 1 crédit en éducation physique et santé;
  • 0,5 crédit en exploration de carrière;
  • 0,5 crédit en éducation à la citoyenneté;
  • 3 crédits supplémentaires, soit 1 crédit de chacun des groupes suivants :
    • Groupe 1 : français, English, langues autochtones, études canadiennes et mondiales, études autochtones, sciences humaines et sociales, orientation et formation au cheminement de carrière, éducation coopérative;
    • Groupe 2 : English, éducation artistique, affaires et commerce, éducation physique et santé, éducation coopérative;
    • Groupe 3 : English, langues classiques, langues internationales, sciences (11e ou 12e année), études informatiques, éducation technologique, éducation coopérative.

Les 12 crédits optionnels sont choisis parmi tous les cours offerts à l’école de l’élève.

Les élèves qui fréquentent les écoles catholiques peuvent aussi avoir à obtenir jusqu’à 4 crédits en éducation religieuse, suivant la politique de leur conseil scolaire.

Les élèves qui quittent l’école avant d’avoir obtenu leur DESO peuvent recevoir le certificat d’études secondaires de l’Ontario s’ils ont accumulé les crédits suivants :

  • Sept crédits obligatoires, soit :
    • 2 crédits en français;
    • 1 crédit en mathématiques;
    • 1 crédit en sciences;
    • 1 crédit en géographie du Canada ou en histoire du Canada;
    • 1 crédit en éducation physique et santé;
    • 1 crédit en éducation artistique, en études informatiques ou en éducation technologique;
  • Sept crédits optionnels parmi les cours choisis par l’élève.

Éducation de l’enfance en difficulté

Chaque conseil scolaire doit offrir des programmes et des services d’éducation de l’enfance en difficulté à ses élèves qui ont des besoins particuliers. Selon la Loi, un enfant en difficulté est un enfant atteint d’anomalies de comportement ou de communication, d’anomalies d’ordre intellectuel ou physique ou encore d’anomalies multiples qui appellent un placement approprié dans un programme d’enseignement à l’enfance en difficulté. Chaque conseil doit expliquer dans son plan pour l’enfance en difficulté comment il compte s’y prendre pour répondre aux besoins particuliers de ses élèves en difficulté. Les programmes et services requis pour faciliter l’apprentissage de ces élèves peuvent varier en fonction des points forts et des besoins particuliers de chaque enfant. Chaque conseil scolaire détermine la gamme des programmes et des services voulus pour répondre aux besoins de ses élèves en difficulté. Le plan pour l’enfance en difficulté de chaque conseil doit être à jour au début de chaque année scolaire et être mis à la disposition du public dans les bureaux du conseil. Un conseil scolaire peut offrir ses propres programmes et services, ou il peut les acheter d’un autre conseil scolaire.

Évaluation des élèves et bulletins scolaires

Le but principal de l’évaluation est d’améliorer l’apprentissage des élèves. Le document du Ministère intitulé Faire croître le succès renferme les politiques et les pratiques relatives à l’évaluation et à la communication du rendement dans les écoles de l’Ontario edu.gov.on.ca/fre/policyfunding/growSuccessfr.pdf.

Dans Faire croître le succès, huit principes fondamentaux sont définis. Pour assurer la validité et la fidélité des évaluations et de la communication du rendement et pour favoriser l’amélioration de l’apprentissage de tous les élèves, les enseignantes et les enseignants doivent utiliser des pratiques qui :

  • sont justes, transparentes et équitables pour tous les élèves;
  • tiennent compte de tous les élèves, y compris ceux ayant des besoins particuliers, ceux qui sont inscrits au programme d’actualisation linguistique en français ou au programme d’appui aux nouveaux arrivants, de même que les élèves des communautés des Premières nations, métis et inuits;
  • sont planifiées en fonction des attentes du curriculum et des résultats d’apprentissage poursuivis et tiennent compte, dans la mesure du possible, des champs d’intérêt, des préférences en matière d’apprentissage, des besoins et du vécu de tous les élèves;
  • amènent l’élève à utiliser la langue française et à s’approprier la culture francophone pour consolider son identité;
  • sont communiquées clairement à l’élève et à ses parents au début du cours ou de l’année scolaire et à tout autre moment approprié;
  • sont diversifiées, continues, échelonnées sur une période déterminée et conçues afin de donner à l’élève de nombreuses possibilités de démontrer l’étendue de son apprentissage;
  • fournissent à chaque élève des rétroactions descriptives continues, claires, spécifiques, signifiantes et ponctuelles afin de l’aider à s’améliorer;
  • développent la capacité de l’élève à s’autoévaluer, à se fixer des objectifs d’apprentissage personnels et à déterminer les prochaines étapes de son apprentissage.

Les enseignantes et les enseignants évaluent régulièrement le rendement des élèves de l’élémentaire, et un bulletin est envoyé aux parents trois fois par année. De la 1re à la 6e année, le rendement des élèves est évalué au moyen de lettres; en 7e et en 8e année, les enseignantes et enseignants attribuent des notes en pourcentage, de 0 % à 100 %.

Le rendement des élèves du secondaire est aussi évalué régulièrement par les enseignantes et les enseignants, et un bulletin est envoyé aux parents trois fois par année dans les écoles à horaire non semestriel et deux fois par semestre dans les écoles à horaire semestriel. Les enseignantes et les enseignants y indiquent le rendement atteint par l’élève dans chaque cours en attribuant des notes en pourcentage, de 0 % à 100 %.

En plus de l’évaluation continue des progrès des élèves que les écoles effectuent pour établir les bulletins envoyés régulièrement aux parents, des évaluations à grande échelle sont également menées, comme les tests normalisés administrés par l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) de l’Ontario. L’Ontario participe également à des évaluations nationales et internationales telles que le Programme pancanadien d’évaluation (PPCE), le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) et le Programme international de recherche en lecture scolaire (PIRLS).

Liens